CENTRE YENNENGA

€15,855 (105%)

Total Contributions

0 Seconds left

This project was successful and was funded on April 30, 2021
€15,855  so far of   €15,000
€15,855  /   €15,000
0% of which were collected in CFA francs
This project was successful and was funded on April 30, 2021
  0 Seconds left
 248 contributors
   Dakar, SENEGAL
 cinema

Image title

Le cinéma a été aux lendemains des indépendances pensé comme un outil au service de l’avènement des nations nouvellement indépendantes. Il faut savoir que le décret Laval de 1934 interdisait toute prise de vue en Afrique francophone française sans l’autorisation du lieutenant-gouverneur de la colonie concernée. Le cinéma a été un instrument de propagande coloniale d’autant plus fort que les Africains ne pouvaient pas se filmer eux-mêmes. Pour cela il a fallu attendre les indépendances.

Extrait de »Afrique sur seine » (1955) de Paulin Vieyra, Jacques Melo Kane, Mamadou Sarr et Robert Caristan. Lien vers la vidé

Face au refus des administrateurs coloniaux d’octroyer des autorisations de tournage dans les pays dont sont originaires ces élèves, ils vont réaliser leurs films en France, notamment celui considéré comme le pionnier du cinéma noir : Afrique sur seine (1955) de Paulin Vieyra.

Malgré les indépendances, le continent africain est encore très souvent représenté par des images venant de l'extérieur et il est plus facile de voir des films du continent en Europe ou aux USA qu’en Afrique. Or comme le souligne Gaston Kaboré (cinéaste, producteur et formateur burkinabé), une société qui quotidiennement et largement confrontée à des images venant de l’extérieur perd peu à peu sa capacité à penser, imaginer et forger son propre destin.

Image title

Au Sénégal, bien avant l’arrivée d’un cinéma national dans les années 60, les salles de cinéma ont toujours été présentes dans le paysage culturel. La périodes des années 70 jusqu’au années 90 ont été l'âge d’or du cinéma, le secteur est porté par des réalisateurs comme Ousmane Sembene, Djibril Diop Mambety, Safi Faye, Samba Felix Ndiaye, Moussa Sene Absa, Moussa Toure, et les salles de cinéma existantes sont nombreuses et convoitées.

Extrait de “Borom sarret” (1963) Ousmane Sembène

Aujourd’hui le cinéma sénégalais connaît une traversée du désert. En effet, les salles de quartier se comptent désormais sur les doigts d’une seule main fautes à l'arrêt des financements publics, une culture du cinéma peu présente dans la société sénégalaise, et une absence de chaîne de production : conséquence d’une industrie cinématographique presque inexistante.

Image title

Le réalisateur Alain Gomis, a eu l’occasion d’animer des ateliers sur le continent africain et d’accompagner des jeunes cinéastes dans l’écriture et le développement de leurs films. Les questions de la formation, de l'accessibilité aux films et du manque d’espaces dédiés au cinéma ont souvent été abordées durant ces échanges avec cette jeune génération de cinéastes.

Image title

C’est suite à ces rencontres qu’en Novembre 2018, sous l’impulsion d’Alain Gomis, le centre Yennenga a ouvert ses portes à Grand Dakar avec comme objectif de faire profiter la population d’un espace de projections de films, de rencontres, de débats et de création audiovisuelle.

Image title

Le Centre Yennenga est le premier pôle culturel dédié au cinéma au Sénégal. Les missions du centre portent sur la création, la diffusion et la formation cinématographique:

●Repérer les futurs talents du cinéma africain et leur offrir une formation ciblée en postproduction audiovisuelle et les accompagner sur le long terme vers l’insertion professionnelle via l’entrepreneuriat et la mise en place d’infrastructures de postproduction.

●Créer la première infrastructure de postproduction à Dakar, à la hauteur des performances des normes internationales, et avec comme objectif d’en créer un second dans la sous-région à moyen terme.

●Établir un contexte favorisant l’accès au cinéma avec une programmation culturelle diversifiée, gratuite et se déplaçant vers la population locale (Ciné-club, Cinémathèque, centre de documentation, Archives, projections itinérantes)

●Fédérer, créer des synergies, amorcer, accompagner les cinéastes, producteurs, techniciens, distributeurs et cinéphiles.

Image title

Le centre veut proposer :

●Une formation en postproduction , d’une durée deux ans pour 24 jeunes techniciens ou artistes résidents en Afrique,

●Des prestations en postproduction et la location de matériel,

●Des activités culturelles,

●Des projections,

●Des rencontres-débats,

●Des expositions,

●Des ateliers ou workshops,

Image title Depuis sa création, le Centre Yennenga a toujours eu ce désir ardent de faire rayonner les productions du continent africain, de sensibiliser la population locale à l’impact de l’image et d’accompagner la jeune génération de réalisateurs dans leur processus de création. Le centre a fait ses premiers pas dans l’ accompagnement à la coproduction , mentoré des réalisateurs, accueilli et coproduit des projets et organisé des ateliers pour la population locale. Voici quelques exemples de projets menés depuis 2018 :

Nous avons coproduit le film « La Nuit des Rois », second long-métrage du réalisateur ivoirien Philippe Lacôte qui commence à faire son chemin dans les plus grands festivals de cinéma.

Image title

Extrait de “la nuit des rois” 2020 Philippe Lacôte

Concernant la distribution, nous avons assuré au plan national celle du film “Baamum Nafi” (Le Père de Nafi) premier long métrage du réalisateur Mamadou Dia.

Image title

Le centre Yennenga a initié ciné Xalé pour développer une culture du film et de l'image auprès d’un jeune public. Ciné Xalé est un atelier de création et de diffusion de films réservé aux enfants. Durant l’été 2019, 25 enfants y ont participé. 3 projections y ont été faites et 3 courtes créations filmiques réalisées.

Image title

Image title

En Février 2020 nous avons accueilli le Festival Films Femmes d’Afrique (FFFA) Le FFFA est le premier festival cinématographique sénégalais consacré aux films réalisés par des femmes, gratuit et ouvert à toutes et tous.

Le festival a eu lieu en février 2020. Le centre Yennenga a accueilli la diffusion d’une partie des 60 films sélectionnés, des tables rondes et accompagné la diffusion en itinérance dans la sous régions de toute la sélection officielle du FFFA 2020.

Image title

Image title

Favoriser l’accès au Cinéma

Le Centre Yennenga utilise le cinéma comme un moyen d’éducation aux images et de débats citoyens. Il propose une programmation locale et divertissante articulée autour de questions de société destinées à alimenter la réflexion. Au travers de ces activités de diffusion nous souhaitons sensibiliser le public à la qualité, d’une narration, d’une direction artistique, d’une réflexion et les préparer à retourner dans les salles de cinéma.

Accompagner et former les jeunes

Le centre de formation permettra de former des professionnels et d’acquérir du matériel de postproduction rare en Afrique. Le projet de formation du centre vise à offrir à la jeunesse africaine la possibilité de maîtriser leur histoire. Nous ambitionnons d’aider les jeunes souvent autodidactes, en les formant pour maîtriser les outils et les connaissances nécessaires aux métiers de postproduction et ainsi pouvoir réaliser et produire des films en Afrique de A à Z.

Image title

Les projets du centre Yennenga sont accompagnés par des partenaires:

  • FOPICA (Fond de Promotion de l’Industrie Cinématographique et audiovisuelle)
  • Ville de Dakar
  • AFD (Agence Française de Développement)
  • Festival du court métrage de Clermont-Ferrand
  • Cinémathèque de Tanger
  • Cinéfabrique (École nationale supérieure de cinéma et de multimédia basée en Auvergne-Rhône-Alpes)

Image title

Image title

Image title

Grâce aux soutiens de nos partenaires, le projet du centre Yennenga sur 3 ans est d’ores et déjà financé à hauteur de 90 %. Nous avons besoin de votre aide pour boucler le budget et financer les 10% restants soit 50 000 euros. Vos financements, nous permettront de couvrir :

●La programmation artistique et culturelle du centre avec des ateliers et des projections gratuites,

●Des travaux d’aménagement du lieu

●Les frais d’hébergement et de restauration des bénéficiaires des formations non-résidents de Dakar

●L’achat de matériel dédié à la projection

●L’achat de matériel nécessaire aux tournages

Avec 20 000 euros : nous compléterons le financement des travaux d’aménagement du lieu (nous créerons deux espaces de projections, une salle polyvalente qui accueillera ateliers et formations, l’espace extérieur, les fresques murales et la décoration).

Image title

Avec 35 000 euros nous compléteront le financement des travaux d' aménagements du lieu, nous financerons la programmation culturelle et artistique ainsi que l’achat de matériel de tournage.

Image title

Avec 50 000 : nous compléterons le financement des travaux d'aménagement du lieu, nous finançons la programmation culturelle et artistique, l’achat de matériel de tournage, et nous octroyons des bourses pour le logement et les frais de restauration des étudiants en formation vivant en dehors de Dakar.

Image title

Image title

Le Centre Yennenga est une initiative du réalisateur Alain Gomis. Directeur du Centre Yennenga

Dans cet ambitieux projet il est accompagné d’une équipe de jeunes dynamiques, créatifs et déterminés qui embrassent une vision : produire entièrement des films en Afrique.

Image title

Fama Ndiaye Coordinatrice du Centre Yennenga. Yoro Mbaye Responsable de la production du centre. Oumou Diégane Niang, Chargée de communication et de la distribution. Boubacar Konaté, Responsable Administratif et financier Farah Clémentine Dramani-Issifou, Directrice adjointe du Centre Anouk khelifa Consultante, chargée de partenariats

Image title

Les ambitions du Centre Yennenga sont grandes pour le cinéma sénégalais et les cinémas africains tout comme le sont nos attentes par rapport au financement de cette campagne de levée de fonds. Votre participation nous permettra de continuer d'être une source d’inspiration et d’expression pour les jeunes talents africains et de contribuer à développer et faire vivre une véritable culture cinématographique sur le continent.

Contribuer à cette levée de fonds c’est donner vie à l’industrie cinématographique africaine, c'est dire oui aux rêves de jeunes créateurs de projets, pour un Cinéma africain rayonnant, fier, innovant et créatif.

COMMENT CONTRIBUER

Pour contribuer par carte bleue
Cliquez sur contribuer. Rentrez le montant de votre contribution. Puis rentrez les informations demandées telle qu’elles apparaissent sur la carte et cliquez sur confirmer le paiement.

Pour contribuer par virement bancaire

Pour contribuer par virement bancaire, faits-nous un mail à contact@fiatope.com ou message whatsapp à +33 7 84 37 35 84 avec l’objet Contribution centre Yennenga et le contenu : je souhaite faire un virement bancaire de…(préciser le montant à contribuer) Vous recevrez les coordonnées du compte à créditer ainsi qu’une référence bancaire que vous seul pourrez utiliser.

Pour contribuer par Orange Money Sénégal (à partir de janvier)

Cliquez sur contribuer, puis rentrez le montant de votre contribution en euros au départ, la conversion en FCFA étant faite automatiquement plus loin. Ensuite sélectionnez le moyen de paiement Orange Money. Vous rentrez votre numéro et vous recevez un code secret sur le mobile à recopier sur l’écran de contribution.

Pour contribuer par MOOV BENIN, MOOV TOGO, MTN BENIN, MTN COTE D’IVOIRE, ORANGE BURKINA FASO ou ORANGR COTE D’IVOIRE :

Cliquez sur contribuer, puis rentrez le montant de votre contribution en euros au départ, la conversion en FCFA étant faite automatiquement plus loin. Ensuite sélectionnez le moyen de paiement Payplus, puis l’opérateur MOOV BENIN, MOOV TOGO, MTN BENIN, MTN COTE D’IVOIRE, ORANGE BURKINA FASO ou ORANGR COTE D’IVOIRE. Vous rentrez votre numéro et vous recevez un code secret sur le mobile à recopier sur l’écran de contribution.

Image title